🕾 Minimalisme: commencer le dĂ©sencombrement

Il n’y a rien de plus exaltant que de se lancer dans un projet, et celui de dĂ©sencombrer son logement en est un.

DĂ©sencombrer son lieu de vie, c’est tourner des pages du passĂ©, c’est aller de l’avant, plus lĂ©ger au quotidien une fois les placards et l’agenda dĂ©graissĂ©s, c’est vivre entourĂ© de choses que nous aimons, que nous affectionnons et avons plaisir Ă  utiliser dans notre quotidien.

Ceci dit, pour certain(e)s, la tache de se dĂ©sencombrer peut prendre des allures de parcours du combattant, car parfois, l’encombrement est tel que le dĂ©couragement arrive au galop, avant mĂȘme que l’on se soit officiellement lancĂ© dans le tri.

Je suis une grande optimiste dans l’Ăąme, et pour moi, tout est possible.

MĂȘme si vous ĂȘtes trĂšs encombrĂ©, vous pouvez devenir minimaliste.

Evidemment, cela ne se fera pas tout seul, mais si l’envie est vraiment lĂ , vous y arriverez.

Pour cela, j’ai une technique infaillible, mĂȘme si de prime abord elle ne paye pas de mine, c’est la technique du Kaizen: « cette dĂ©marche japonaise repose sur des petites amĂ©liorations faites au quotidien, constamment. » (Source: WikipĂ©dia)

Autrement dit, vous allez faire des petits pas tous les jours, sans jamais vous arrĂȘter.

Il vaut mieux rester engagĂ© dans la durĂ©e en faisant un tout petit effort chaque jour, que de vouloir y passer des heures entiĂšres d’un coup et se dĂ©courager au bout d’une semaine.

 

Appliquer le Kaizen pour le désencombrement de votre maison

 

Comment faire de petits pas pour se désencombrer?

C’est simple: choisissez un laps de temps court Ă  votre convenance, par exemple 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes (ne voyez surtout pas trop grand!), programmez ce temps sur un minuteur et pendant ce temps imparti, triez votre logement. Tous les jours.

TrĂšs honnĂȘtement, je vous conseille 5 ou 10 minutes maxi, avec une implication totale dans votre tri.

Cela paraĂźt peut-ĂȘtre minime ou ridicule pour certains, mais je vous assure que si vous faites cela tous les jours, cela s’y connaĂźtra trĂšs vite.

Voici mes autres conseils pour appliquer au mieux le Kaizen dans votre projet de désencombrement:

  • Commencez votre tri par la piĂšce la moins encombrĂ©e, et terminez par la plus encombrĂ©e, afin de ne pas vous dĂ©courager devant l’ampleur de la tache.
  • Ne dĂ©passez pas votre crĂ©neau de temps, mĂȘme si l’envie vous prend. Laissez mĂ»rir chaque jour cette micro sĂ©ance de dĂ©sencombrement, et rechargez votre Ă©nergie pour le lendemain. Lentement mais sĂ»rement.
  • RĂ©servez tous les objets Ă  valeur sentimentale pour la fin (correspondance, souvenirs, cadeaux, journaux intimes…)
  • PrĂ©voyez de nombreux cartons, sacs poubelle et de recyclage. Veillez Ă  ne pas ĂȘtre Ă  court de toutes ces aides prĂ©cieuses pour ne pas freiner votre Ă©lan de tri.
  • L’idĂ©al est de commencer par un petit tiroir/placard peu encombrĂ©, et d’Ă©voluer de la plus petite zone Ă  la plus grande, en premier lieu dans la piĂšce oĂč vous vous trouvez, puis Ă  appliquer au logement dans sa globalitĂ©.
  • Concentrez-vous d’abord sur tout ce qui est Ă  jeter, toujours piĂšce par piĂšce: videz toutes vos poubelles, jetez les Ă©ventuels dĂ©chets quotidiens qui peuvent trainer chez vous (nous parlerons zĂ©ro dĂ©chet plus tard, chaque chose en son temps). Bouteilles vides, mouchoirs, paquets de gĂąteaux, vieilles Ă©ponges (je vous conseille de n’en garder qu’une ou deux pour le mĂ©nage, pas plus), vieilles brosses Ă  dents (gardez-en une pour le mĂ©nage, trĂšs pratique!), produits pĂ©rimĂ©s dans votre salle de bains, votre cuisine…
  • RĂ©servez les livres, DVD/CD, les vĂȘtements, chaussures et accessoires en dernier, avant les objets Ă  caractĂšre sentimental, car ce sont eux les plus difficiles Ă  trier en gĂ©nĂ©ral (Ă  cause de l’attachement qu’ils suscitent en nous).
  • Etablissez vos propres rĂšgles: dĂ©cidez d’une date butoir pour prendre une dĂ©cision pour les objets qui vous font hĂ©siter quant Ă  leur sort, dĂ©limitez un nombre d’affaires par catĂ©gorie pour vous aider Ă  trouver un cadre qui vous ressemble au fil du temps, et fixez ces petites rĂšgles dans votre esprit, quotidiennement. Le but n’est pas de vous brusquer ou de vous figer dans des rĂšglements rigides et austĂšres, mais de vous permettre, au fil du temps, de trouver vos propres repĂšres matĂ©riels, de dĂ©finir ce dont vous avez vraiment besoin et envie pour vous sentir bien.
  •  N’oubliez pas: le dĂ©sencombrement d’un logement n’est pas qu’un simple tri, c’est une excellente thĂ©rapie pour apprendre Ă  se connaĂźtre, Ă  se pardonner, Ă  tourner des pages et Ă  Ă©voluer vers une meilleure version de vous-mĂȘme.
  • Partez du principe que votre lieu d’habitation vous reflĂšte physiquement et psychologiquement et observez votre logement: que disent les objets qui vous entourent de vous? Dans quel Ă©tat sont-ils? Comment vivez-vous? OĂč en est votre mĂ©nage? L’idĂ©e n’est absolument pas de se juger, mais de dĂ©clarer « A partir d’aujourd’hui, tout ce qui est chez moi reflĂšte la belle personne que je suis, que je veux ĂȘtre et devenir « . Ne vous entourez que du meilleur, ne vous dĂ©valorisez pas, autorisez-vous un logement propre, ordonnĂ© et rempli (façon de parler hein…) de choses belles et que vous affectionnez rĂ©ellement.

 

Exemple: Si vous vivez Ă  deux et que vous avez 15 tasses Ă  thĂ©/cafĂ©, peut-ĂȘtre pourriez-vous en garder seulement une ou deux chacun, en choisissant vos prĂ©fĂ©rĂ©es. Si aucune ne vous plait, remplacez-les dĂšs que vous le pouvez par « votre tasse coup de coeur prĂ©fĂ©rĂ©e de tous les temps ».

Economisez s’il le faut, mais commencez dĂ©jĂ  par rĂ©duire le nombre de tasses; gardez-en moins et fixez-vous l’objectif d’acquĂ©rir la plus belle tasse du monde Ă  vos yeux.

Enlevez les tasses moches, ébréchées, celles qui vous sortent par les yeux ou vous rappellent un mauvais souvenir.

Utiliser des objets que l’on adore transforme vraiment le quotidien, alors imaginez faire cela pour toutes vos catĂ©gories d’objets??? Wouaouh!

 

  • Utilisez le jeu du Minsgame pour vous aider Ă  vous dĂ©sencombrer en douceur.
  • FĂ©licitez-vous aprĂšs chaque session de tri et aprĂšs chaque objet dĂ©barrassĂ©.

 

Je crois que dans un premier temps, je t’ai donnĂ© pas mal de travail, de pistes de rĂ©flexion et d’idĂ©es pour commencer/continuer ton tri sereinement.

Je t’invite donc, comme moi je vais le faire, Ă  trier 5 minutes par jour ton logement, et pourquoi pas Ă  tenir un journal de bord pour y lister tout ce que tu as donnĂ©/vendu/jetĂ©…

Tu peux aussi prendre des photos avant/aprĂšs, c’est souvent Ă©difiant.

Je te prépare un reportage photo de mon propre désencombrement.

J’ai beau ne pas possĂ©der grand chose, tu verras que j’ai quand-mĂȘme encore beaucoup de tri Ă  faire… quand il n’y en a plus, il y en a encore!

 

Bonnes cinq minutes de tri, coeur sur toi!

4 réflexions sur “🕾 Minimalisme: commencer le dĂ©sencombrement

    • Oh trop cool! 😀 J’adore les dĂ©mĂ©nagements, bonne installation alors 🙂

      J'aime

  1. J’avoue le dĂ©sencombrement me laisse perplexe đŸ€”.
    Je suis d’accord pour trier et organiser les piùces dans lesquels nous vivons. J’ai horreur des placards de cuisine remplis de saladiers de toutes les tailles sans qu’on puisse en sortir un facilement 😉.
    Mais si tout est stockĂ© dans un grenier, oĂč est le problĂšme ? (Ok le grenier est encombrĂ© 🙈 mais nous n’y vivons pas)
    Nos goĂ»ts changent. Ma tasse prĂ©fĂ©rĂ©e va peut ĂȘtre se casser et dans ce cas je prĂ©fĂšre mille fois utiliser une du grenier plutĂŽt que d’en racheter une. L’horrible tasse offerte par ma mĂšre va peut ĂȘtre des annĂ©es plus tard acquĂ©rir une dimension sentimentale (avec le recul, les rĂ©conciliations…). Ou peut ĂȘtre que cette autre tasse hideuse du grenier sera la tasse prĂ©fĂ©rĂ©e de ma fille quand elle sera plus grande.
    Toujours dans ce mĂȘme grenier nous avons plein de meubles en bois cassĂ©s ou en mauvais Ă©tat. Nous les gardons car mon mari est excellent bricoleur et pour rĂ©parer les meubles que nous utilisons au quotidien il a toujours besoin d’un petite piĂšce, d’un morceau de truc qu’il va trouver dans le grenier (donc Ă©conomie d’argent, de ressources vu que pas achat de neuf).
    En fait j’ai l’impression qu’ĂȘtre minimaliste n’est pas forcĂ©ment synonyme d’écologie et cela me dĂ©range. J’ai aussi peur de jeter quelque chose dont je vais avoir besoin plus tard (c’est arrivĂ©, maintes fois…).
    DĂ©solĂ©e pour le pavĂ© 🙈

    Aimé par 1 personne

    • Coucou, tu vois pour ma part, c’est ta vision des choses qui me laisse perplexe ^^
      Non pas que je te juge ou quoi que ce soit, absolument pas.
      Ce que je lis dans ton commentaire, enfin du moins ce que j’en comprends et en retiens, c’est le fait de ne pas vivre le moment prĂ©sent, de vivre dans « l’au-cas oĂč » et c’est cela qui me gĂȘne Ă©normĂ©ment.
      Cela fait 10 ans que je vis avec le minimalisme, et mes goĂ»ts ont Ă©voluĂ©, pour autant je n’ai rien regrettĂ© de ce que j’ai donnĂ© ou vendu. Je n’ai pas manquĂ© de ces choses parties, et je me suis autorisĂ©e Ă  vivre uniquement avec ce que j’aime maintenant.
      AprÚs comme toi, dans une certaine mesure, je garde les bocaux en verre pour faire une infinité de boutures de plantes vertes (héhé) et je réutilise tout ce que je peux pour générer le moins de déchets possible.
      Dire que le minimalisme n’est pas forcĂ©ment synonyme d’Ă©cologie est vrai, car certains se fichent complĂštement du sort de la planĂšte et ne pensent qu’Ă  l’apparence et au regard des autres.
      Pour ma part, je pense que si tu demandais Ă  mon colocataire, il te dirait que parfois je suis limite gonflante avec mes Ă©conomies de matiĂšre et de ressources, que je lui fais la guerre -façon de parler, je suis pas mĂ©chante, je lui explique- pour le sopalin Ă  tort et Ă  travers, le gaspillage alimentaire, le cafĂ© en dosettes, pour l’entretien de ses vĂȘtements pour les faire durer…
      Je t’assure que le minimalisme est compatible avec l’Ă©cologie, aprĂšs chacun Ă  une vision de la chose diffĂ©rente, une façon de faire diffĂ©rente.
      Par exemple, j’ai cru lire que tu ne te maquillais pas, moi j’aime beaucoup ça, donc sur ce point je suis moins Ă©colo que toi.
      En revanche, j’ai lu ton article sur le zĂ©ro dĂ©chet, lĂ  oĂč moi je ne jette quasiment plus rien dans ma poubelle.
      On ne sera jamais parfaits, toi tu prĂ©fĂšres accumuler des tasses hideuses dans ton grenier au cas-oĂč, moi je prĂ©fĂšre amĂ©nager mon grenier en atelier crĂ©atif avec la mĂȘme place, chacun sa façon de vivre, de voir les choses, chacun sa façon d’apprĂ©hender le monde.
      Tout ce dont je me sĂ©pare, je le donne, le vend, et quand je jette c’est tellement rare que je ne me rappelle plus du dernier objet parti Ă  la poubelle.
      Le minimalisme est un art de vivre qui a aussi son intĂ©rĂȘt Ă©cologique, pour peu que l’on s’y intĂ©resse et que l’on se remette en question.
      Et si je peux te donner un conseil: quand tu n’auras plus peur de manquer, tu ne te crĂ©eras plus de faux besoins 😉 Donc tu peux donner, revendre, recycler…
      Gros bisous, merci d’enrichir le sujet 😀

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.