L’art du détachement matériel/ Packing Party

Depuis quelques jours une réflexion me trotte dans la tête.

Je regarde autour de moi et je vois toutes ces choses que je ne vois plus vraiment car je les ai intégrées dans mon quotidien, ces choses qui ne me procurent pas spécialement de bonheur ou de plaisir, ou carrément celles qui ne me servent plus et sont devenues obsolètes.

J’ai beau ne pas posséder grand chose et avoir fait un grand tri pas plus tard que… hier et aujourd’hui!, je suis tellement dans une phase de métamorphose, de changement et de bouleversement qu’une grande partie de mes affaires ne fait plus sens en moi.

L’entrée dans l’Automne a joué sur mes émotions aussi, ce n’est pas qu’une saison préférée pour moi, la fin Septembre est une période chaque année bouleversante où mon corps me rappelle le manque et l’incompréhension d’une situation vécue intime et délicate.

J’ai besoin d’avancer par rapport à tout ça.

Depuis toute petite j’ai une peur panique du manque et de l’abandon, la peur dévorante de me retrouver seule et sans ressources, ce qui m’a poussée à de nombreux comportements compulsifs ou d’évitement, à me retrouver dans des situations très peu enviables, à un monstrueux gaspillage d’argent, de ressources, d’affaires en tout genre…

Aujourd’hui, un détachement certain vis-à-vis de l’extérieur s’opère en moi, je commence à prendre confiance en moi et à me fier plus à moi-même, à mon ressenti, à mes envies et besoins, et je me rends compte que beaucoup de choses ne vont pas dans ma vie.

La bonne nouvelle, c’est que ces choses sont facilement et rapidement modifiables car elles sont de l’ordre du consommable et du matériel -il n’y a donc rien de grave- et la mise en place de cette amorce de changement me rends très impatiente et enthousiaste.

Ayant une estime de moi-même à ras les pâquerettes de par une éducation très rabaissante, du harcèlement à tous les âges de ma vie et plus récemment par une profonde dépression qui m’a poussée jusqu’en clinique psychiatrique, j’ai fait énormément de mauvais choix.

Choix de vie, choix de consommation, choix alimentaires, vestimentaires, choix de partenaire!… la liste est longue, mais l’essentiel est cité.

En totale reconstruction aujourd’hui, mes goûts, mes besoins et mes envies évoluent à la vitesse de la lumière, c’est aussi pourquoi je n’aime plus ce qui m’entoure.

Exceptés les objets qui ont un sens réel pour moi, j’ai décidé de laisser partir les choses.

Je ne recommence pas tout à fait à zéro, mais c’est tout comme.

Je suis fatiguée d’être entourée de choses qui ne font plus sens en moi, tout comme je suis fatiguée d’être éternellement frustrée et de me tourner vers la nourriture ou les achats pour anesthésier ma conscience et me maintenir dans un état de coma semi-permanent.

C’est là que le packing party entre en jeu!

 

 

Le packing party consiste à mettre la totalité de ses affaires dans des cartons, tout tout tout (mais vraiment tout) et à ne sortir les objets que lorsque nous en avons réellement besoin, lorsque nous devons les utiliser.

Le constat est souvent le même: nous utilisons très peu d’affaires au quotidien, et nous en oublions même une grande partie, ce qui fait que beaucoup d’objets restent dans les cartons, désoeuvrés.

Bien entendu, ce que nous oublions ou n’utilisons plus n’a aucunement besoin de rester chez nous, vrai?

L’autre point positif du packing party, le premier étant de nous permettre de nous rendre compte de notre véritable essentiel et de nos vrais besoins, est que pour chaque objet sorti, déballé, on est en mesure de s’interroger sur l’objet en lui-même.

Est-ce un objet que j’aime utiliser, de bonne qualité, ergonomique, esthétique… ? C’est alors l’occasion idéale pour dresser une liste des choses à remplacer, et de se mettre en quête de ces objets parfaits pour soi.

Alors me voilà partie dans de l’emballage et de l’encartonnage à gogo -heureusement que je n’avais pas encore enlevé tous mes cartons dans ma cave!-, dans le but de révéler simplement la présence de l’essentiel à mes côtés, car plus que jamais aujourd’hui j’ai besoin de légèreté et d’éviter la moindre forme d’entrave dans ma vie.

Ma nouvelle vie sera slow, douce et zen, et seront présents uniquement les objets qui y mériteront leur place.

Pas de temps ni d’espace pour l’attachement matériel pour des choses vides et sans âme, pas d’énergie à donner pour ce qui ne m’est pas essentiel, utile et épanouissant.

2 commentaires sur “L’art du détachement matériel/ Packing Party

  1. Hello !
    Je crois qu’il faut parfois lâcher pour reconstruire, que nos blessures nous apprennent et nous rendent plus fort. Nous avons le choix de transformer ces cicatrices en quelques chose de plus beau et c’est ce que tu fais. C’est chouette !

    L’intérieur de nos maisons ressemblent à notre intérieur psychique, donc rend ton chez toi à ton image, zen et doux !

    A bientôt,
    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Line pour ces belles paroles, j’aime particulièrement ce que tu as écrit concernant l’intérieur de nos maisons… tellement vrai!
      Au plaisir de te lire!

      J'aime

Les commentaires sont fermés.