Les joies du vide, une journée parfaite

Les joies du vide sont inexprimables. Si pures, si douces, si inspirantes.

Plus ma maison se vide, et en ce moment les objets disparaissent très rapidement, et plus je ressens cette immense quiétude qui s’imprègne et s’empare de tout mon être.

Moins j’ai d’objets et mieux je me sens.

Je me nourris et me régale de silence, de solitude, profitant de la nouvelle douceur qui a eu la merveilleuse idée de s’inviter dans ma vie depuis quelques jours.

Je suis dans cette période heureuse où plus rien n’est superflu à mes yeux, où le calme se fait autour de moi et où une merveilleuse abondance spirituelle nourrit mon âme au fil des heures de la journée.

J’ai vendu plus de 90% de mes livres et j’ai maintenant le plaisir de découvrir de nouveaux ouvrages merveilleux, comme La grâce de solitude de Marie de Solemne.

Parmi ceux dont je me suis séparés, aucun ne me manque, au contraire, ils m’ont libérée d’un enfermement dogmatique en me quittant pour aller nourrir d’autres âmes à travers le monde.

N’est-ce pas le but premier d’un livre? Nourrir les âmes puis s’envoler lorsqu’il s’est acquitté de sa tâche? Exceptés certains livres que je relis avec la même joie non dissimulée à chaque fois, -d’ailleurs ceux-ci sont très rares et se comptent sur les doigts de mes mains, pas plus,- je pense qu’un livre devrait être lu et « remis en liberté », afin de ne pas enchaîner notre esprit à un courant d’idées, afin de nous laisser libre et de profiter de cette liberté intellectuelle pour laisser germer toutes les graines semées en nous, tranquillement.

Il faut du temps à une petite graine pour devenir jeune pousse, aussi je crois que nous devrions laisser mâturer les idées que nous lisons, entendons, découvrons, sans oublier de défricher et de laisser de la place pour de nouvelles graines dans notre champ intérieur.

Aujourd’hui je me sens complètement « perchée », je suis ivre de lecture et de chants d’oiseaux, du délicieux soleil d’Automne, ivre également de silence et de calme.

C’est tellement bon, j’aimerais que cela ne s’arrête jamais.

Je me sens comme coupée du monde et j’adore ça, je suis en ma simple et précieuse compagnie, entourée de mes plantes vertes que j’aime tellement.

Je regarde une pie convoiter le repas de croquettes d’un chat dans le jardin d’à côté, ses petits sautillements impatients me ravissent.

Je voudrais lui offrir une noix…

Cette journée est merveilleuse et pleine de grâce, et moi envahie d’un délicieux sentiment de gratitude pour cette vie incroyable de simplicité et en même temps si riche qu’il m’est donnée de vivre.

2 commentaires sur “Les joies du vide, une journée parfaite

    1. Coucou, j’ai relu avec plaisir L’éloge de la légèreté et L’art de la délicatesse de Dominique Loreau. J’ai aussi relu avec délectation L’Homme-joie de Christian Bobin.
      Bisous!
      💛

      J'aime

Les commentaires sont fermés.