Réflexions sur l’alimentation #1 + adieu les régimes!

Réflexions sur l’alimentation #1 + adieu les régimes!

Non non je n’ai pas oublié mes bilans hebdomadaires concernant mon alimentation, voici même le premier.

Je suis dans une période difficile et transitoire concernant la nourriture.

J’ai très envie de manger plus sainement mais je suis actuellement très attirée par les aliments gras.

J’ai aussi très envie de réduire ma consommation de protéines animales mais je suis obsédée par le poulet, le saumon et les crevettes.

Alors face à toutes ces envies contraires, mon esprit s’embrouille.

Je ne suis plus trop dans des choix alimentaires à visée amincissante car je me sens de mieux en mieux dans ma peau, ce n’est donc pas le facteur déterminant de ma transition alimentaire actuelle.

 

Pourtant, mon corps me dit que je dois changer beaucoup de choses dans ma façon de manger, je dois changer en profondeur.

Alors que faire?

 

Une amie m’a parlé d’un régime qu’elle suit, le régime céthogène.

J’avoue avoir été tentée lorsque j’ai entendu que l’on maigrissait facilement avec ce régime (esprit de contradiction avec ce que je viens de dire plus haut!) et lorsque j’ai feuilleté le livre dudit régime en question que mon amie m’a prêté, j’ai ressenti un malaise en moi.

Mon corps m’a envoyé un message clair et précis, du style « n’essaie même pas de reprendre un régime, quel qu’il soit », pourtant mon ego me disait en même temps « mais tu te rends compte, tu peux maigrir facilement avec ça, c’est une occasion en or, vas-y fais-le! »…

Euh… silence, laissez-moi réfléchir toute seule!

 

Je me suis retrouvée dans la même situation que ce pauvre Kronk (Kuzco)

 

Pour résumer, le régime céthogène fait la part belle aux lipides et protéines, et supprime quasiment tous les glucides.

Premièrement, le terme régime me glace le sang rien que de l’écrire ou d’y penser.

Deuxièmement, l’idée de supprimer une catégorie d’aliments, surtout une aussi importante, me parait déséquilibré et malsain pour l’organisme.

Troisièmement, quand je vois toutes ces quantités de graisse utilisées dans les recettes et la faiblesse de mon petit foie malmené pendant des années par mes excès, j’en ai déjà la nausée.

Face à ces constats, j’ai donc décidé d’oublier ce régime et de ne même plus y accorder le moindre intérêt.

Oui j’ai encore envie de maigrir, mais naturellement, sans privation, sans frustration, sans régime.

Je ne veux plus forcer les choses, m’affamer, faire n’importe quoi puis craquer ensuite.

Je veux laisser le pouvoir de décision à mon corps et j’ai décidé de l’écouter et de manger en conséquence de ses envies. 

Que veux-tu mon corps, de quoi as-tu faim?

Laisser venir la réponse.

Mon corps sait ce qui est bon pour lui, il sait ce dont il a besoin à l’instant T.

Glucides, protéines, lipides?

Sucré, salé?

Chaud, froid?

Poisson, viande, oeuf, fromage, ou alternative végétale comme les légumineuses ou le soja?

Liquide, solide?

Quelle texture?

Un régime est à mon sens finalement un refus d’écouter son corps, et donc par extension un refus de se faire du bien et de se respecter. 

Oui c’est génial de se sentir mincir quand on a des kilos en trop, mais que dire de l’effet yo-yo, de la sensation de faim, de privation, de frustration?

 

 

A l’heure où je découvre le plaisir de cuisiner, de préparer à manger, de faire les courses, de planifier des menus qui me font vraiment envie, je ne veux pas me gâcher la vie avec des interdits et des tabous alimentaires; je veux laisser ça derrière moi car je ne veux plus partager ma vie avec les troubles alimentaires.

La semaine dernière je me suis offert un relooking en faisant un super shopping.

Alors que j’avais tout pris en XL, je me suis rendu compte en essayant que c’était beaucoup trop grand.

J’ai recommencé avec le L.

Trop grand.

Je n’arrivais pas à accepter de faire du M, mon esprit était resté bloqué à mon ancien poids, mon ancienne silhouette.

J’ai tout acheté en M -pour les hauts, car le bas chez moi c’est une autre histoire!- et j’ai remarqué que, passée la minute grisante où je me suis dit « je fais du M, une taille « normale », c’est trop cool », je ne me suis pas sentie plus heureuse qu’avant.

 

J’ai ainsi concrètement compris que mon bonheur, que je croyais dépendant de mon poids, de ma silhouette, n’était absolument pas au rendez-vous malgré ma nouvelle taille de vêtements.

Un poids, une étiquette, ne valent rien dans la balance du bonheur, seul l’état d’esprit importe.

Mince ou grosse, on s’en fiche.

Ce qui compte, c’est de s’aimer, de prendre soin de soi et de se valoriser, et maintenant que je l’ai intégré en moi, je me sens beaucoup mieux dans ma peau, dans ma tête.

Je ne me pèse plus également, quelle libération!

 

Ce soir, je vais faire des courses.

Je suis posée tranquillement sur mon canapé, à laisser venir les suggestions de mon corps quant à ce que je dois écrire sur ma liste de courses.

 

Pas de régime, pas d’interdit, pas de culpabilité, juste ce dont j’ai besoin aujourd’hui pour me sentir bien, à la fois dans mon corps et dans mon esprit. 

A moi les premiers légumes d’automne, à moi les châtaignes, j’ai envie de soupes et de veloutés, de plats colorés et savoureux, à moi la purée de butternut et les oeufs bio à la coque…

A moi tout un tas d’autres délices à savourer, loin des trauma alimentaires du passé.

Une sensation de liberté grisante s’empare de moi depuis des semaines, comme si les barreaux de ma cage cédaient naturellement les uns après les autres.

Coeur sur toi, aime-toi tel(le) que tu es et fais-toi le plus de bien possible au quotidien, tu es précieux(se) et tu le mérites vraiment.

💛

Soupe de maïs au bacon

Soupe de maïs au bacon

Hey! Me voilà lancée dans les recettes de cuisine, moi l’ancienne phobique-allergique de la cuisine (comme quoi dans la vie tout change!).

Il y a deux semaines je me suis retrouvée avec une soudaine envie de maïs, mais je voulais le manger chaud, pas froid en salade, et je ne voulais pas d’un épi à croquer mais d’une texture fondante, crémeuse, mon obsession du moment.

Je me suis alors demandé si une soupe de maïs existait sur notre bonne vieille planète et j’ai entamé des recherches sur internet.

Et bingo, j’ai trouvé!

Recette trouvée ici et adaptée à ma sauce (voilà tu sais tout!).

Etant donné que j’ai à coeur de réduire ma consommation de produits animaux pour progressivement retourner au végétarisme, je t’ai mis entre parenthèses la version végétarienne, d’ailleurs tu peux même veganiser la recette en remplaçant le bouillon de volaille par du bouillon de légumes, en remplaçant le beurre par de l’huile d’olive, en enlevant évidemment la viande et en mettant du faux-mage à la place du vrai!

Comme ça tout le monde est content, et découvre potentiellement une soupe très originale.

La première fois que je l’ai goûtée, je me suis dit « moui, c’est original mais pas extraordinaire quand même », puis la deuxième fois j’avoue que j’ai trouvé ça très bon et sympathique, bien réconfortant, pile poil ce que je voulais.

Je te laisse donc essayer la recette, en mode omni, végétarienne ou vegan, comme tu veux!

 

Pour 6 personnes

400 g de maïs en boîte

1 gros oignon

50 cl de bouillon de volaille (ou de légumes)

100 g de cheddar (ou parmesan, ou emmental, ou faux-mage)

6 tranches de bacon (facultatif, la soupe est très bonne sans viande!)

Beurre (ou huile d’olive)

Sel, poivre

 

Émincez l’oignon et faites-le revenir 10 min sans coloration dans une casserole avec un peu de beurre.

Rincez le maïs et ajoutez-le.

Couvrez le tout avec le bouillon et laissez cuire 15 min à petit bouillon.

Pendant ce temps, faites griller les tranches de bacon 10 min dans un four préchauffé à 150°C (170° dans la recette d’origine, mais trop chaud à mon goût, le bacon était sec).

Mixez la préparation.

Versez la soupe chaude dans des bols, ajoutez le fromage râpé, le bacon grillé en tranches et dégustez.

 

Bon ap’! Et n’oublie pas de me dire ce que tu en penses en commentaire!

Coeur sur toi 💛

Mon délicieux houmous (vegan)

Mon délicieux houmous (vegan)

J’avais dit que je commencerai à partager mes recettes à partir de la semaine prochaine, mais venant juste de plonger ma petite cuillère dans mon bol de houmous, j’ai craqué… comment ne pas partager tout de suite cette recette avec toi?? J’espère que tu ne m’en veux pas 😉

🙃

Le houmous est une préparation culinaire originaire du Proche-Orient, composée principalement de pois chiche et de purée de sésame.

Voici mon adaptation personnelle de la recette, 100% vegan, simple, économique et délicieuse!

 

 

Ingrédients pour un beau bol de houmous:

  • Une petite boîte de pois chiche (+ un peu de jus)
  • Le jus d’un citron
  • Huile d’olive
  • Paprika (fumé)
  • Purée de sésame (tahin)
  • Sel, poivre

 

Egoutter les pois chiche en réservant un peu de jus.

Les verser dans un saladier, ajouter le jus d’un citron (ou un demi seulement si vous n’êtes pas très fan de citron! 🍋 ), 1 petite cuillère à soupe de purée de sésame (=tahin, en magasin/rayon bio), l’huile d’olive (je ne mesure pas vraiment, je le fais au feeling mais je dirais environ 2 à 4 cuillères à soupe), saler, poivrer, paprikater (si ça se dit! Non? ^^).

Arme-toi d’un mixeur puissant et mixe le tout avec amour et patience jusqu’à l’obtention d’une texture crémeuse et un peu épaisse.

Fais-toi griller une petite tartine de pain ou prépare des bâtonnets de carottes, de concombre et autres joyeuses crudités (pain ET bâtons de crudités si tu es gourmand(e) et/ou que tu as très faim).

Trempe les bâtonnets dans le houmous et/ou tartine gaiement ta tranche de pain grillé et savoure ce petit délice vegan…en pensant un peu à moi pour la super recette! 😇

Bon ap’!

Coeur sur toi 💛