🎧 Minimalisme: mon livre préféré (audio)

Aujourd’hui je publie un enregistrement audio (podcast) au sujet de mon livre préféré concernant le minimalisme, Simplifiez votre intérieur grâce au Feng Shui de Karen Kingston.

Les enregistrements sont difficiles pour la timide que je suis, alors merci pour ta compréhension, j’apprends tout juste à faire des montages 🙂

Je ne peux que m’améliorer au fil du temps ☺️

Si tu souhaites m’encourager, abonne-toi à ma chaîne et dis-moi ce que tu en penses!

Bonne écoute!

 

⛩ Mes sources d’inspiration #1

J’adore regarder, écouter et entendre des personnes qui m’inspirent au quotidien, cela me donne envie de m’améliorer et de poursuivre mon cheminement vers la vie de mes rêves avec encore plus d’enthousiasme.

Je te présente aujourd’hui deux blogueuses qui m’inspirent, ainsi que deux youtubeuses, chacune ayant un style très particulier et un univers très singulier.

 

Commençons en France…

Matoushi’s: Mode, philo et miaou

J’aime cette blogueuse pour son style si personnel et recherché, pour ses incroyables articles de philosophie et pour son univers qui me transporte. Ses photos mode sont pour le moins originales, pleines d’humour et d’auto-dérision, dans un cheminement sur l’acceptation de son corps que je trouve admirable. Très sensible, elle a su me toucher de nombreuses fois avec ses publications.

 

Bambichoses

Je suis cette blogueuse depuis des années, pas toujours assidument au départ, puis maintenant j’y vais quasiment tous les jours pour voir ses nouvelles publications sur Instagram. C’est une personne que je trouve extrêmement solaire, avec une joie de vivre communicative, qui rayonne de bonheur et de joie, même si comme tout le monde sa vie n’est malheureusement pas facile tous les jours.

J’aime par-dessus tout sa créativité sans limite, la relation fusionnelle qu’elle a avec son petit garçon, ses photos de voyage incroyables et empreintes d’une certaine magie.

C’est elle qui a en grande partie redonné un second souffle à ma créativité il y a quelques semaines, et je l’en remercie du fond du coeur.

 

Partons en Asie maintenant -je ne pouvais pas ne pas vous emmener là-bas!!!-

Summer Kitchen

Halala… ce petit bout de femme est incontestablement celle dont le mode de vie me fait le plus rêver.

Même si tout n’est pas parfait (j’avoue que je ne regarde pas certaines de ses vidéos car elle n’a pas trop d’états d’âme à balancer des crevettes vivantes dans l’huile bouillante… ce qui me pose un gros problème d’éthique, et aussi parce qu’elle a des poissons dans des bocaux en verre…), c’est son mode de vie global qui me plait.

Elle est passionnée de cuisine, de plantes vertes et d’animaux, elle vit à la campagne dans une maison au style très personnel, et j’aime la chaleur qui se dégage de son petit foyer. Ses plats sont très appétissants et me donnent plein d’idées, et la voir cuisiner avec des ustensiles et de la vaisselle asiatiques me fait complètement rêver.

 

La princesse des champs

Je l’appelle comme ça, car pardonnez-moi mais le titre de sa chaîne n’est pas traduisible pour moi!

Sa beauté et sa grâce, sa force de vie, tout ce qu’elle est capable de faire, cuisiner, préparer et fabriquer avec ses mains me rends muette d’admiration.

Fabriquer un four à pain en forme de chat, du papier en coupant un arbre, construire une balancelle de A à Z toute seule, cuisiner des plats tous plus appétissants les uns que les autres, fabriquer son rouge à lèvres à base de pétales de fleurs…, le tout dans une ambiance extrêmement paisible et poétique. Je fonds totalement.

 

Un grand merci à toutes les quatre de m’inspirer autant au quotidien ❤

Pour mon prochain article « Inspirations », je vous parlerai d’une artiste que j’adore et dont la force de vie me bouleverse et m’encourage à être toujours plus forte au quotidien.

Et toi, as-tu des sources d’inspiration? Raconte!

Bullet Journal

A moins de vivre dans une grotte depuis un moment, tu as certainement déjà entendu parler ou même mentionner le terme « bullet journal » autour de toi.

Le bullet journal, également appelé « bujo » par les connaisseurs(euses), contraction de bullet et journal, est un système d’organisation personnalisable et d’une grande flexibilité.

Imaginé par le designer new-yorkais Ryder Caroll il y a quelques années, le bullet journal a déjà conquis de nombreux(ses) adeptes à travers le monde.

Comme pour tous les concepts qui plaisent beaucoup au public, le bujo est devenu une mode qui a totalement caricaturé le système simple et minimaliste de départ en un concours de dessin et du plus beau bujo de la planète (cf Pinterest et Instagram).

Je suis un peu grinçante sur le sujet car je n’aime pas que l’on détourne les choses simples… de leur simplicité!

Alors aujourd’hui, moi je veux te parler du vrai bullet journal, celui qui ne nécessite qu’un carnet et un crayon pour le réaliser, qui te fais gagner un temps précieux au quotidien et qui ne nécessite pas de dévaliser le magasin d’art créatif de ta ville ni de vider ton compte bancaire pour acheter les derniers feutres trop-tip-top-génialissimes-et-qui-coûtent-un-bras 🙂

Mon cynisme est à prendre au second degré, les bujo présentés sur les réseaux sont magnifiques, mais ce n’est pas ce que je veux mettre en valeur ici.

Parce que je ne suis pas très douée pour expliquer les choses techniques, j’ai préféré mettre en vedette le créateur de ce système au top -ce qui me semble logique, c’est son idée, pas la mienne-en te montrant sa vidéo de présentation et d’explication du bullet journal.

C’est en anglais avec des sous-titres français 🙂

 

 

Pour ma part, j’ai aussi voulu faire un joli bujo, mais je suis vite revenue à un simple stylo et une règle pour organiser mon quotidien. 

Je préfère être créative dans un journal créatif, réservé à l’expression plastique, et garder la plus grande clarté et la plus grande simplicité pour gérer ma vie. 

Je te montrerai mon journal créatif très bientôt.

Fais-tu partie comme moi de la catégorie des personnes qui aiment prendre des notes, organiser leur vie, faire des listes, des programmes et compagnie?

Que penses-tu du bullet journal comme outil d’organisation du quotidien?

Je te retrouve très vite pour un nouvel article!

L’amant de Patagonie, Isabelle Autissier

Bonjour,

Aujourd’hui je commence une série d’articles sur les romans que j’ai lu ce mois-ci, à commencer par L’amant de Patagonie de Isabelle Autissier (d’où ce titre d’article très original…).

Emily, jeune orpheline écossaise de 16 ans, se retrouve envoyée en Patagonie pour rejoindre une mission chrétienne et apporter son aide sur place en tant que gouvernante pour la famille du Révérend.

En pleine évangélisation d’un monde nouveau et inconnu, à Ouchouaya, Emily va fréquenter des indiens, apprendre leur langage, éduquer les jeunes, et se découvrir en tant que femme…

Je n’en dis pas plus pour garder du suspens au cas où vous souhaiteriez le lire.

Mon avis sur ce roman

En toute franchise, je me suis forcée à le finir, par curiosité, mais je n’ai pas aimé ce livre que j’ai trouvé très sombre, violent et parfois carrément malsain.

Je pense que mes ressentis sont à l’image de la très sauvage et hostile Patagonie, mais j’ai été trop souvent mal à l’aise durant la lecture pour apprécier l’histoire.

Le tout sur fond de bourrage de crâne chrétien m’a mise en colère.

Pourquoi ne laisse-t-on pas les peuples sauvages tranquilles?

Pourquoi toujours nous imposer, écraser, enfoncer les gens, les paysages et les choses sur notre passage, nous les occidentaux?

Pour en revenir au roman, le ton est rude, certains passages montrent clairement le racisme des occidentaux envers les indiens, le vocabulaire souvent cruel, reflet d’une vie incroyablement dure, isolée de tout.

Le roman est un enchaînement de drames plus horribles les uns que les autres, et je suis « ressortie » de cette lecture toute triste, le coeur serré.

Le passage avec une malheureuse baleine en train de s’échouer m’a carrément retourné l’estomac…ne me faites jamais lire d’horreurs concernant les baleines, mon animal préféré et tant vénéré.

Là c’en était trop, j’avais même refermé le livre.

J’ai malgré tout repris la lecture, et apprécié la description détaillée de ces paysages du bout du monde, en fermant les yeux j’arrivais à me représenter les forêts denses et profondes, l’océan déchaîné par les tempêtes, les magnifiques levers et couchers de soleil, la beauté de cette nature sauvage qui était encore à peu près préservée de la folie de l’homme à l’époque, juste avant le début du XXème siècle.

Petite citation qui m’a fait réagir… tellement vrai:

Les indiens à propos des blancs: « Je les ai vus et j’ai compris. Quand ils n’ont plus faim, ils chassent encore, quand ils ont trop ils ne donnent pas à ceux qui n’ont rien. Ils ne sont jamais en repos. »

Pour conclure, c’est un livre que je vais offrir à quelqu’un, en le déposant sur un banc aux beaux jours, pour le faire voyager, car c’est certain que je ne le relirai pas.

Si vous avez le coeur bien accroché, que vous aimez les romans dépaysants, le choc et le mélange brutal des cultures, et les drames en veux-tu en-voilà, je vous le conseille.

Si vous êtes hypersensible comme moi et que vous préférez les jolis romans paisibles, passez votre chemin.

Lors de mon prochain article « Lecture », je vous parlerai d’une auteure découverte fin Janvier, et qui m’a régalée comme jamais avec deux de ses romans. Je n’ai jamais autant ri en lisant un ouvrage 😀

A la prochaine, portez-vous bien!

Alice