🦕 La recette du bonheur, par Pablo Picasso

La recette du bonheur

Laisse de côté tous les chiffres non indispensables à ta survie.

Ceci inclut l’âge, le poids, la taille.
Que cela préoccupe seulement le médecin, il est payé pour ça.
Fréquente de préférence des amis joyeux, les pessimistes ne te conviennent pas.
Continue de t’instruire…

Apprends sur les ordinateurs, l’artisanat, le jardinage, etc…
Ne laisse pas ton cerveau inoccupé, un mental inutilisé est l’officine du diable.
Et le nom du diable est Alzheimer !
Ris le plus souvent possible, et surtout de toi-même!
Quand viennent les larmes, accepte, souffre et … continue d’avancer.
Accueille chaque jour qui se lève comme une opportunité, et pour cela, ose entreprendre.
Laisse tomber la routine, préfère les nouvelles routes aux chemins mille fois empruntés !
Efface le gris de ta vie et allume les couleurs que tu possèdes à l’intérieur.
Exprime tes sentiments pour ne jamais rien perdre des beautés qui t’entourent.
Que ta joie rejaillisse sur ton entourage et abattes les frontières personnelles que le passé t’a imposées. Mais, rappelle-toi : l’unique personne qui t’accompagne toute la vie, c’est toi-même.
Sois vivant dans tout ce que tu fais !
Entoure-toi de tout ce que tu aimes : famille, animaux, souvenirs, musique, plantes, un hobby… tout ce que tu veux…
Ton foyer est ton refuge, mais n’en deviens pas prisonnier.
Ton meilleur capital, la santé.

Profites-en, si elle est bonne ne la détruis pas, si elle ne l’est pas, ne l’abîme pas davantage.
Sors dans la rue, visite une ville ou un pays étranger, mais ne t’attarde pas sur les mauvais souvenirs.
Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune, un véritable soleil.


Pablo PICASSO

🔍 Minimalisme & écologie: introduction

Bientôt dix ans que j’ai découvert le minimalisme, et s’il y a bien une certitude que j’ai acquise au fil de ce laps de temps, c’est que le minimalisme est, entre autres choses, un engagement écologique profond.

 

Pourquoi?

 

Devenir minimaliste, c’est faire le choix de la déconsommation, c’est-à-dire réduire ses achats et ses dépenses à l’essentiel.

Le minimalisme implique donc moins de dépenses, ce qui entraîne par extension une consommation raisonnée et raisonnable, avec, dans la majorité des cas, des achats plus éthiques, respectueux de l’environnement, car conçus avec un véritable savoir-faire, et donc durables.

Etre minimaliste, c’est faire le choix de la qualité, de la durabilité dans le temps, de l’ergonomie et de l’esthétisme.

Alors certes, un tel achat coûte beaucoup plus cher sur le moment, mais sera rentabilisé au fil des mois et des années puisque:

#1 Vous aurez plaisir à l’utiliser au quotidien

#2 De par sa qualité, vous n’aurez pas à racheter un exemplaire (voire plusieurs) de l’objet en question.

Exemple: Un objet acheté 100€ (une poêle par exemple) coûte-t-il réellement plus cher que 10 exemplaires (donc 10 poêles) à 10€ achetés puis remplacés au fil des mois, des années?

C’est la même chose, la même dépense (environ, ce n’est qu’un exemple), sauf que dans le premier cas, vous n’avez qu’un seul et bon objet, et dans le second cas, vous aurez acheté 10 exemplaires, puis vous les aurez jetés et remplacés, ce qui ne manquera pas d’arriver à nouveau puisque la qualité ne sera pas au rendez-vous.

L’essence du minimalisme en matière de consommation, c’est le LESS IS MORE.

 

Consommer peu, et mieux.

Ce n’est pas parce que l’on choisit un mode de vie minimaliste que l’on devient austère, triste ou déprimé, au contraire; en tout cas en ce qui me concerne, je suis bien plus épanouie dans ma vie depuis que je suis minimaliste, tout simplement parce que je suis entourée d’affaires que j’aime, que j’utilise, qui me « parlent », qui ont un sens pour moi.

Je suis en accord avec mes principes et mes valeurs, et même si tout n’est pas parfait (je suis humaine…), je sais que mon mode de vie a un impact environnemental bien moins fort qu’une personne encombrée matériellement et qui consomme à tort et à travers.

Ceci dit, on peut toujours s’améliorer, et j’ai à coeur de montrer mon évolution sur ce blog.

 

Pour en revenir au sujet de mon article, choisir un mode de vie minimaliste, c’est s’engager écologiquement, même sans en avoir conscience.

Moins acheter, mieux acheter, apprendre à se passer de certaines choses superflues ou à en réutiliser d’autres, à les détourner, se contenter de ce que l’on a et l’utiliser correctement et à bon escient, tout cela s’imbrique dans une démarche écologique et décroissante.

Ce n’est pas une forme de snobisme que de ne s’entourer que de qualité, de belles choses et de bons produits, c’est une marque de respect, à la fois pour soi, mais aussi pour la planète.

Remplacer le plastique par des matériaux nobles comme le bois et le verre par exemple, c’est voter pour un monde plus propre, c’est dire « je ne veux pas vider les réserves de pétrole pour des objets médiocres et mauvais pour ma santé ».

Acheter moins et mieux, c’est produire moins de déchets.

C’est acheter plus de produits frais et de vrac, faire ses courses avec un beau panier ou un beau sac plutôt qu’avec d’horribles cabas en plastique, c’est avoir des sacs poubelle moins remplis, un corps mieux nourri et en meilleure santé. Par extension encore, c’est consommer moins de médicaments, c’est moins s’intoxiquer soi et la planète.

Des exemples comme ceux-là, j’en ai des centaines à vous montrer, aussi j’ai décidé de vous écrire une série de petits articles pour détailler tout cela, afin de ne pas écrire qu’un seul article trop lourd sur le sujet.

Je veux vous montrer qu’être minimalisme c’est faire le choix d’une vie heureuse et épanouissante, en plus de faire du bien au monde.

A mon sens, c’est un mode de vie qui devrait être systématique et même devenir obligatoire face à l’urgence planétaire, mais je préfère vous donner envie de devenir minimaliste en vous montrant mon cheminement et mon propre bonheur, plutôt qu’en vous culpabilisant sur l’impact d’une consommation irraisonnée.

Je reste persuadée que l’éducation positive et bienveillante a de bien meilleurs résultats et impacts que la culpabilisation. 

Et puis donner des leçons ce n’est vraiment pas mon truc!

A très vite pour un nouvel article, prends soin de toi ❤

🐝 Bonheur d’une vie simple #1

Les oiseaux chantent dans les arbres de mon jardin, tandis que le soleil rayonne de toute sa lumière, haut dans le ciel bleu d’été.

Je suis en train d’étendre mon linge sentant bon le frais et le propre sur mon fil à linge.

Concentrée sur ma tache, je ne pense qu’à étendre mon linge le plus à plat possible, pour le défroisser et l’entretenir au mieux, afin que mes vêtements durent le plus longtemps possible.

Mon linge étendu, je fais un petit détour par ma lasagne, souriant de plaisir devant mon petit poivron vert qui pousse chaque jour un peu plus.

Puis je retourne dans mon logement que j’aime.

La lessive terminée, je fais un petit peu de ménage, passant le plumeau pour déloger la poussière sur les plantes vertes, les meubles et les plinthes.

Un petit coup de balai et d’éponge sera suffisant aujourd’hui.

Ma petite cloche en fonte tinte au vent dans mon salon, de son doux son cristallin.

Voici venue l’heure de m’occuper du repas, tache que j’accomplis avec joie; j’apprécie le côté créatif de la cuisine, la satisfaction de tous les sens à la fois durant la préparation et la dégustation.

Le riz cuit tranquillement dans mon autocuiseur, j’aime cette douce odeur qui se répand dans la cuisine, tandis que je fais revenir des oignons et des champignons dans une poêle d’huile bien chaude.

Le bruit grésillant des oignons dans la poêle me réjouit, quel son agréable, et que de bonnes odeurs montant à mes narines…

Je me régale de mon petit plat, mangeant dans mon bol japonais préféré, avec des baguettes, comme j’aime.

J’apprécie d’avoir la liberté de vivre comme je veux, selon mes goûts, mon style et mes idées.

Cette paix, j’ai mis longtemps à la trouver; elle était simplement en moi, mais je ne la voyais pas.

Aujourd’hui, je profite de cette vie simple et paisible qui me rends heureuse et inspirée, et j’aspire chaque jour un peu plus à la partager avec vous.

Je vous prépare plein de petites choses pour la semaine prochaine, en attendant je vous souhaite un merveilleux dimanche tout en simplicité et en joie simple.

🎏 Objets essentiels

Durant plusieurs semaines il y a quelques mois, je m’étais prise au jeu de noter chaque jour les objets, choses et affaires que j’utilisais, que ce soit pour manger, dormir, m’habiller, me laver, pour mes loisirs du quotidien, etc.

J’avais soigneusement consigné tout cela dans un carnet, pendant plus de trois semaines, afin de me rendre compte de mes objets vraiment essentiels, ceux que j’utilise tous les jours ou presque, mais aussi ceux que j’aime et que je préfère parmi d’autres.

Au final, j’avais été surprise par la petite quantité d’affaires que j’utilisais quotidiennement.

Ordinateur, téléphone, chargeurs, carnet, stylo plume, serviette de bain, oreiller, plaid, ma petite tasse bleue, mes bols japonais, le contenu de mon vanity, mes chaussures préférées, toujours les mêmes robes qui tournaient entre elles entre chaque machine…

Cela ne veut pas dire que ce que je n’ai pas utilisé est bon pour partir de chez moi, mais cela permet de reconsidérer ses besoins, de se dire que nous avons beaucoup de choses, mais aussi et surtout de prendre conscience de la chance que nous avons de pouvoir posséder tant d’affaires -ce qui ne veut pas dire qu’il faut les posséder, chacun son point de vue sur le sujet- alors que tant d’êtres humains n’ont même pas à boire ni à manger autour du monde…

Faire cet exercice m’a permis également de cibler encore plus mes goûts, mes besoins et mes envies.

Par exemple, je me suis rendu compte que je ne mangeais que dans mes bols japonais, que mon verre favori détrônait tous les autres et que je préférais le laver à chaque fois plutôt que d’en choisir un autre, que je ne pouvais pas passer plus d’une journée sans écrire sur mon ordinateur ou que cette cuillère en bois m’apportait beaucoup de plaisir pour cuisiner…

 

Et toi, quels seraient tes objets essentiels, ceux que tu noterais chaque jour ou presque dans ton carnet favori? Raconte, et si tu te prêtes au jeu à ton tour, je serais heureuse d’avoir ta liste 😉