🕸 Minimalisme: commencer le désencombrement

Il n’y a rien de plus exaltant que de se lancer dans un projet, et celui de désencombrer son logement en est un.

Désencombrer son lieu de vie, c’est tourner des pages du passé, c’est aller de l’avant, plus léger au quotidien une fois les placards et l’agenda dégraissés, c’est vivre entouré de choses que nous aimons, que nous affectionnons et avons plaisir à utiliser dans notre quotidien.

Ceci dit, pour certain(e)s, la tache de se désencombrer peut prendre des allures de parcours du combattant, car parfois, l’encombrement est tel que le découragement arrive au galop, avant même que l’on se soit officiellement lancé dans le tri.

Je suis une grande optimiste dans l’âme, et pour moi, tout est possible.

Même si vous êtes très encombré, vous pouvez devenir minimaliste.

Evidemment, cela ne se fera pas tout seul, mais si l’envie est vraiment là, vous y arriverez.

Pour cela, j’ai une technique infaillible, même si de prime abord elle ne paye pas de mine, c’est la technique du Kaizen: « cette démarche japonaise repose sur des petites améliorations faites au quotidien, constamment. » (Source: Wikipédia)

Autrement dit, vous allez faire des petits pas tous les jours, sans jamais vous arrêter.

Il vaut mieux rester engagé dans la durée en faisant un tout petit effort chaque jour, que de vouloir y passer des heures entières d’un coup et se décourager au bout d’une semaine.

 

Appliquer le Kaizen pour le désencombrement de votre maison

 

Comment faire de petits pas pour se désencombrer?

C’est simple: choisissez un laps de temps court à votre convenance, par exemple 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes (ne voyez surtout pas trop grand!), programmez ce temps sur un minuteur et pendant ce temps imparti, triez votre logement. Tous les jours.

Très honnêtement, je vous conseille 5 ou 10 minutes maxi, avec une implication totale dans votre tri.

Cela paraît peut-être minime ou ridicule pour certains, mais je vous assure que si vous faites cela tous les jours, cela s’y connaîtra très vite.

Voici mes autres conseils pour appliquer au mieux le Kaizen dans votre projet de désencombrement:

  • Commencez votre tri par la pièce la moins encombrée, et terminez par la plus encombrée, afin de ne pas vous décourager devant l’ampleur de la tache.
  • Ne dépassez pas votre créneau de temps, même si l’envie vous prend. Laissez mûrir chaque jour cette micro séance de désencombrement, et rechargez votre énergie pour le lendemain. Lentement mais sûrement.
  • Réservez tous les objets à valeur sentimentale pour la fin (correspondance, souvenirs, cadeaux, journaux intimes…)
  • Prévoyez de nombreux cartons, sacs poubelle et de recyclage. Veillez à ne pas être à court de toutes ces aides précieuses pour ne pas freiner votre élan de tri.
  • L’idéal est de commencer par un petit tiroir/placard peu encombré, et d’évoluer de la plus petite zone à la plus grande, en premier lieu dans la pièce où vous vous trouvez, puis à appliquer au logement dans sa globalité.
  • Concentrez-vous d’abord sur tout ce qui est à jeter, toujours pièce par pièce: videz toutes vos poubelles, jetez les éventuels déchets quotidiens qui peuvent trainer chez vous (nous parlerons zéro déchet plus tard, chaque chose en son temps). Bouteilles vides, mouchoirs, paquets de gâteaux, vieilles éponges (je vous conseille de n’en garder qu’une ou deux pour le ménage, pas plus), vieilles brosses à dents (gardez-en une pour le ménage, très pratique!), produits périmés dans votre salle de bains, votre cuisine…
  • Réservez les livres, DVD/CD, les vêtements, chaussures et accessoires en dernier, avant les objets à caractère sentimental, car ce sont eux les plus difficiles à trier en général (à cause de l’attachement qu’ils suscitent en nous).
  • Etablissez vos propres règles: décidez d’une date butoir pour prendre une décision pour les objets qui vous font hésiter quant à leur sort, délimitez un nombre d’affaires par catégorie pour vous aider à trouver un cadre qui vous ressemble au fil du temps, et fixez ces petites règles dans votre esprit, quotidiennement. Le but n’est pas de vous brusquer ou de vous figer dans des règlements rigides et austères, mais de vous permettre, au fil du temps, de trouver vos propres repères matériels, de définir ce dont vous avez vraiment besoin et envie pour vous sentir bien.
  •  N’oubliez pas: le désencombrement d’un logement n’est pas qu’un simple tri, c’est une excellente thérapie pour apprendre à se connaître, à se pardonner, à tourner des pages et à évoluer vers une meilleure version de vous-même.
  • Partez du principe que votre lieu d’habitation vous reflète physiquement et psychologiquement et observez votre logement: que disent les objets qui vous entourent de vous? Dans quel état sont-ils? Comment vivez-vous? Où en est votre ménage? L’idée n’est absolument pas de se juger, mais de déclarer « A partir d’aujourd’hui, tout ce qui est chez moi reflète la belle personne que je suis, que je veux être et devenir « . Ne vous entourez que du meilleur, ne vous dévalorisez pas, autorisez-vous un logement propre, ordonné et rempli (façon de parler hein…) de choses belles et que vous affectionnez réellement.

 

Exemple: Si vous vivez à deux et que vous avez 15 tasses à thé/café, peut-être pourriez-vous en garder seulement une ou deux chacun, en choisissant vos préférées. Si aucune ne vous plait, remplacez-les dès que vous le pouvez par « votre tasse coup de coeur préférée de tous les temps ».

Economisez s’il le faut, mais commencez déjà par réduire le nombre de tasses; gardez-en moins et fixez-vous l’objectif d’acquérir la plus belle tasse du monde à vos yeux.

Enlevez les tasses moches, ébréchées, celles qui vous sortent par les yeux ou vous rappellent un mauvais souvenir.

Utiliser des objets que l’on adore transforme vraiment le quotidien, alors imaginez faire cela pour toutes vos catégories d’objets??? Wouaouh!

 

  • Utilisez le jeu du Minsgame pour vous aider à vous désencombrer en douceur.
  • Félicitez-vous après chaque session de tri et après chaque objet débarrassé.

 

Je crois que dans un premier temps, je t’ai donné pas mal de travail, de pistes de réflexion et d’idées pour commencer/continuer ton tri sereinement.

Je t’invite donc, comme moi je vais le faire, à trier 5 minutes par jour ton logement, et pourquoi pas à tenir un journal de bord pour y lister tout ce que tu as donné/vendu/jeté…

Tu peux aussi prendre des photos avant/après, c’est souvent édifiant.

Je te prépare un reportage photo de mon propre désencombrement.

J’ai beau ne pas posséder grand chose, tu verras que j’ai quand-même encore beaucoup de tri à faire… quand il n’y en a plus, il y en a encore!

 

Bonnes cinq minutes de tri, coeur sur toi!

📦 Minsgame : session Août 2018

Définition du Minsgame

Le Minsgame est un petit jeu pour se désencombrer, inventé par Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus du blog The Minimalists et qui se déroule sur un mois entier.

Le but de ce jeu est de se « débarrasser » d’une chose le 1er du mois, puis de 2 choses le 2, de 3 choses le 3 et ainsi de suite pour arriver à 30 articles le 30 -ou 31 articles… le 31, logique quoi-, ce qui au total fait 465 (ou 466) articles à supprimer sur les 30 jours (1+2+3+4 …. +28+29+30).

Toutes les affaires du logement comptent : les meubles, les appareils électroménagers et électroniques, les livres, les vêtements, les accessoires, les CD, DVD. Tout tout tout!

En revanche, il faut éviter au maximum de jeter et favoriser le don à des proches ou à des associations, bibliothèques, hôpitaux…

Conscience écologique et sociale oblige, il est important de partager nos surplus avec les autres, à condition que ces surplus soient profitables: les autres ne sont pas les réceptacles de nos vieilleries.

Si vous donnez, assurez-vous que cela réponde à un réel besoin/ou simplement une véritable envie en face.

Bref, je ferme la parenthèse!

 

Ce qui est cool, c’est qu’on est le 1er Août aujourd’hui, et c’est donc une date idéale pour commencer une session de Minsgame tout beau tout neuf, qu’en dis-tu?

Aujourd’hui, il faut enlever un seul objet, ce qui ne devrait pas être trop compliqué 😀

Débarrasse-t-en le plus rapidement possible pour ne pas continuer à accumuler chez toi.

Ready to play?

 

Alors, connaissais-tu ce petit jeu?

Vas-tu t’y prêter en même temps que moi?

En ce qui me concerne, je suis lancée pour le mois d’Août, et je commence ce premier jour avec un cache-pot qui vient de chez mes parents, que je redonnerai à ma Maman la prochaine fois qu’elle viendra.

Si tu te lances, mets-toi un petit rappel quelque part en évidence (dans ton téléphone, sur ton ordinateur, ton miroir…) pour ne pas oublier d’enlever des affaires chaque jour 😉

Dis-toi que si tu joues le jeu, à moins d’être déjà bien désencombrée, tu auras enlevé 466 affaires de chez toi à la fin du mois, c’est énorme non?

Bon courage, n’hésite pas à me raconter ce que tu enlèves, tu sais comme je suis curieuse 😉

Je ferai un bilan chaque semaine sur le blog, motivée 🙂

🔍 Minimalisme & écologie: introduction

Bientôt dix ans que j’ai découvert le minimalisme, et s’il y a bien une certitude que j’ai acquise au fil de ce laps de temps, c’est que le minimalisme est, entre autres choses, un engagement écologique profond.

 

Pourquoi?

 

Devenir minimaliste, c’est faire le choix de la déconsommation, c’est-à-dire réduire ses achats et ses dépenses à l’essentiel.

Le minimalisme implique donc moins de dépenses, ce qui entraîne par extension une consommation raisonnée et raisonnable, avec, dans la majorité des cas, des achats plus éthiques, respectueux de l’environnement, car conçus avec un véritable savoir-faire, et donc durables.

Etre minimaliste, c’est faire le choix de la qualité, de la durabilité dans le temps, de l’ergonomie et de l’esthétisme.

Alors certes, un tel achat coûte beaucoup plus cher sur le moment, mais sera rentabilisé au fil des mois et des années puisque:

#1 Vous aurez plaisir à l’utiliser au quotidien

#2 De par sa qualité, vous n’aurez pas à racheter un exemplaire (voire plusieurs) de l’objet en question.

Exemple: Un objet acheté 100€ (une poêle par exemple) coûte-t-il réellement plus cher que 10 exemplaires (donc 10 poêles) à 10€ achetés puis remplacés au fil des mois, des années?

C’est la même chose, la même dépense (environ, ce n’est qu’un exemple), sauf que dans le premier cas, vous n’avez qu’un seul et bon objet, et dans le second cas, vous aurez acheté 10 exemplaires, puis vous les aurez jetés et remplacés, ce qui ne manquera pas d’arriver à nouveau puisque la qualité ne sera pas au rendez-vous.

L’essence du minimalisme en matière de consommation, c’est le LESS IS MORE.

 

Consommer peu, et mieux.

Ce n’est pas parce que l’on choisit un mode de vie minimaliste que l’on devient austère, triste ou déprimé, au contraire; en tout cas en ce qui me concerne, je suis bien plus épanouie dans ma vie depuis que je suis minimaliste, tout simplement parce que je suis entourée d’affaires que j’aime, que j’utilise, qui me « parlent », qui ont un sens pour moi.

Je suis en accord avec mes principes et mes valeurs, et même si tout n’est pas parfait (je suis humaine…), je sais que mon mode de vie a un impact environnemental bien moins fort qu’une personne encombrée matériellement et qui consomme à tort et à travers.

Ceci dit, on peut toujours s’améliorer, et j’ai à coeur de montrer mon évolution sur ce blog.

 

Pour en revenir au sujet de mon article, choisir un mode de vie minimaliste, c’est s’engager écologiquement, même sans en avoir conscience.

Moins acheter, mieux acheter, apprendre à se passer de certaines choses superflues ou à en réutiliser d’autres, à les détourner, se contenter de ce que l’on a et l’utiliser correctement et à bon escient, tout cela s’imbrique dans une démarche écologique et décroissante.

Ce n’est pas une forme de snobisme que de ne s’entourer que de qualité, de belles choses et de bons produits, c’est une marque de respect, à la fois pour soi, mais aussi pour la planète.

Remplacer le plastique par des matériaux nobles comme le bois et le verre par exemple, c’est voter pour un monde plus propre, c’est dire « je ne veux pas vider les réserves de pétrole pour des objets médiocres et mauvais pour ma santé ».

Acheter moins et mieux, c’est produire moins de déchets.

C’est acheter plus de produits frais et de vrac, faire ses courses avec un beau panier ou un beau sac plutôt qu’avec d’horribles cabas en plastique, c’est avoir des sacs poubelle moins remplis, un corps mieux nourri et en meilleure santé. Par extension encore, c’est consommer moins de médicaments, c’est moins s’intoxiquer soi et la planète.

Des exemples comme ceux-là, j’en ai des centaines à vous montrer, aussi j’ai décidé de vous écrire une série de petits articles pour détailler tout cela, afin de ne pas écrire qu’un seul article trop lourd sur le sujet.

Je veux vous montrer qu’être minimalisme c’est faire le choix d’une vie heureuse et épanouissante, en plus de faire du bien au monde.

A mon sens, c’est un mode de vie qui devrait être systématique et même devenir obligatoire face à l’urgence planétaire, mais je préfère vous donner envie de devenir minimaliste en vous montrant mon cheminement et mon propre bonheur, plutôt qu’en vous culpabilisant sur l’impact d’une consommation irraisonnée.

Je reste persuadée que l’éducation positive et bienveillante a de bien meilleurs résultats et impacts que la culpabilisation. 

Et puis donner des leçons ce n’est vraiment pas mon truc!

A très vite pour un nouvel article, prends soin de toi ❤

🎧 Minimalisme: mon livre préféré (audio)

Aujourd’hui je publie un enregistrement audio (podcast) au sujet de mon livre préféré concernant le minimalisme, Simplifiez votre intérieur grâce au Feng Shui de Karen Kingston.

Les enregistrements sont difficiles pour la timide que je suis, alors merci pour ta compréhension, j’apprends tout juste à faire des montages 🙂

Je ne peux que m’améliorer au fil du temps ☺️

Si tu souhaites m’encourager, abonne-toi à ma chaîne et dis-moi ce que tu en penses!

Bonne écoute!