🐝 Bonheur d’une vie simple #1

Les oiseaux chantent dans les arbres de mon jardin, tandis que le soleil rayonne de toute sa lumière, haut dans le ciel bleu d’été.

Je suis en train d’étendre mon linge sentant bon le frais et le propre sur mon fil à linge.

Concentrée sur ma tache, je ne pense qu’à étendre mon linge le plus à plat possible, pour le défroisser et l’entretenir au mieux, afin que mes vêtements durent le plus longtemps possible.

Mon linge étendu, je fais un petit détour par ma lasagne, souriant de plaisir devant mon petit poivron vert qui pousse chaque jour un peu plus.

Puis je retourne dans mon logement que j’aime.

La lessive terminée, je fais un petit peu de ménage, passant le plumeau pour déloger la poussière sur les plantes vertes, les meubles et les plinthes.

Un petit coup de balai et d’éponge sera suffisant aujourd’hui.

Ma petite cloche en fonte tinte au vent dans mon salon, de son doux son cristallin.

Voici venue l’heure de m’occuper du repas, tache que j’accomplis avec joie; j’apprécie le côté créatif de la cuisine, la satisfaction de tous les sens à la fois durant la préparation et la dégustation.

Le riz cuit tranquillement dans mon autocuiseur, j’aime cette douce odeur qui se répand dans la cuisine, tandis que je fais revenir des oignons et des champignons dans une poêle d’huile bien chaude.

Le bruit grésillant des oignons dans la poêle me réjouit, quel son agréable, et que de bonnes odeurs montant à mes narines…

Je me régale de mon petit plat, mangeant dans mon bol japonais préféré, avec des baguettes, comme j’aime.

J’apprécie d’avoir la liberté de vivre comme je veux, selon mes goûts, mon style et mes idées.

Cette paix, j’ai mis longtemps à la trouver; elle était simplement en moi, mais je ne la voyais pas.

Aujourd’hui, je profite de cette vie simple et paisible qui me rends heureuse et inspirée, et j’aspire chaque jour un peu plus à la partager avec vous.

Je vous prépare plein de petites choses pour la semaine prochaine, en attendant je vous souhaite un merveilleux dimanche tout en simplicité et en joie simple.

🎐 Mon cheminement minimaliste

En Septembre, cela fera dix ans que j’ai fait la connaissance, un peu par hasard, du minimalisme.

Alors complètement perdue dans ma vie, inscrite dans des études dont je n’avais strictement rien à faire, j’ai cherché des livres de développement personnel pour m’aider à trouver mon chemin, ma voie dans la vie.

Je ne sais plus trop exactement comment L’art de la simplicité de Dominique Loreau s’est trouvé dans mes suggestions sur Amazon, mais le terme simplicité m’a attirée.

A l’époque, je trouvais ma vie trop compliquée.

Je l’ai ajouté à mon panier, puis L’art de l’essentiel du même auteur est venu se glisser lui aussi dans mes achats.

J’ai dévoré ces deux livres, préférant largement L’art de l’essentiel, plus profond, plus travaillé à mon sens.

J’ai commencé à désencombrer mon petit appartement, avec une joie non dissimulée.

Après le volume de deux ou trois cartons enlevés de ma vie, je me considérais minimaliste.

Je n’avais pas saisi l’essence de cette philosophie de vie, qui s’applique à tous les domaines; le matérialisme de nos vies étant la base de départ d’un très (trèèèèès) long cheminement personnel et spirituel par la suite.

Les déménagements se sont succédés (20 en 10 ans!) ainsi que les petits copains, je me suis retrouvée en Isère, en Charente-Maritime, en Charente, puis dans le Var où j’ai été hospitalisée trois mois, pour ensuite retourner en Charente-Maritime puis en Charente avant de partir en Dordogne!

A chaque déménagement, je constatais une chose: je possédais beaucoup trop d’affaires.

J’étais loin d’expérimenter la vie minimaliste, contrairement à ce que je pouvais penser.

J’ai pris conscience de mes soucis d’achats compulsifs un an après avoir lu ces fameux livres minimalistes, et ce sont eux qui m’ont empêchée d’avoir un nombre de possessions limitées dans mon logement.

Je me suis battue avec ce trouble du comportement compulsif jusqu’au début de cette année.

J’ai cheminé profondément, je me suis remise en question, j’ai pris conscience de mes peurs, celle de manquer, celle d’être dans le besoin, celle d’être abandonnée.

J’ai vaincu de vieux démons et j’ai trouvé la paix dans mon coeur.

Depuis, après une somme inimaginable d’argent dépensée à tort et à travers dans tout et n’importe quoi, après de très nombreuses erreurs d’achats qui m’ont permis de prendre conscience de mes goûts, de ce qui me convenait et de ce qui ne me convenait pas, de découvrir mon style, mon univers, mon petit monde de livres, de douceur et de chlorophylle, ma passion pour la culture traditionnelle japonaise qui se répercute dans mon quotidien, j’ai trouvé l’harmonie et l’équilibre matériel qui me convient, qui me rends heureuse et épanouie.

J’ai mis un certain temps avant de comprendre le vrai sens du minimalisme, je n’y voyais au départ qu’une façon de vivre avec « trois fois rien » alors que c’est si profond, si subtil, si personnel.

Le minimalisme est un cheminement, je suis tentée de dire sans fin car on apprend toujours à se découvrir, on évolue constamment, une façon de vivre certes, mais avant tout une façon de penser et d’être à la vie.

Ce n’est pas posséder une chaise, une table, un lit et une casserole et manquer de tout, de confort, de beauté et de plaisir. Je trouve que l’on voit trop ce style de minimalisme sur internet aujourd’hui, depuis qu’il est devenu un effet de mode.

Posséder ce dont on a besoin ET envie, se sentir bien avec ses affaires, jouir du confort d’un logement bien aménagé, avoir le temps de vivre et ne plus être esclave de la matérialité de nos vies, c’est ça, le vrai minimalisme.

Je remercie Dominique Loreau pour cette merveilleuse découverte qui a bouleversé ma vie en profondeur.

Je vous prépare une sélection de lectures minimalistes d’ici quelques jours, à très vite!

Et toi, comment as-tu découvert le minimalisme? Que penses-tu de cette philosophie de vie? Es-tu intéressé(e) ou plutôt réfractaire? Raconte 🙂

🦋 C’est quoi une vie simple? + audio 🎧

Si tu préfères découvrir cet article en format audio, tu n’as qu’à cliquer:

 

 

De nos jours, la simplicité se perd, la technologie est de plus en plus omniprésente, les écrans ont envahi nos vies jusque dans nos chambres et nos cuisines.

La majorité des personnes dans le monde passe son temps à courir de gauche à droite puis de droite à gauche pour accomplir les -trop- nombreuses taches de leur emploi du temps.

La société dans laquelle nous vivons a créé un carcan étouffant dans lequel, pour se sentir accompli et heureux, il « faut » être sans arrêt occupé, avoir mille choses en route, des projets plein la tête, de nombreuses relations sociales et autres interactions avec le monde…

Je n’ai rien contre le fait de voir des gens, de sortir et encore moins d’avoir des projets en tête, mais depuis toujours, je suis quelqu’un qui aime être posée.

Prendre le temps, faire les choses lentement, à mon rythme, au calme, c’est pourquoi la simplicité me va à merveille, et peu importe que celle-ci soit à l’opposé du mode de vie que notre monde cherche à nous imposer.

Excepté mon ordinateur et mon téléphone, je n’aime pas la technologie, je suis plutôt « old school » malgré mon jeune âge.

Je n’aime pas voir les choses simples et classiques remplacées par du high tech, comme les livres papier remplacés par les livres numériques, ou encore la nourriture saine faite maison remplacée par le fast food de plus en plus fréquemment.

J’aime les objets simples, mécaniques, ergonomiques, artisanaux et esthétiques.

Je fuis le plastique, le tape à l’oeil, les couleurs trop vives et agressives, les objets bruyants, mes tenues sont simples et modestes tout en étant à mon goût, je n’accorde pas d’importance aux modes ni à ce que pensent les autres.

Ma vie est très simple et je l’adore comme ça.

J’ai créé un univers épanouissant dans lequel je me sens bien, en harmonie avec moi-même, avec les valeurs qui me sont chères.

Mais alors, comment avoir une vie simple ?

En réfléchissant au contenu de son emploi du temps, de son répertoire et de ses obligations diverses et en faisant du tri, comme pour alléger son logement.

Avoir une vie simple, c’est arrêter de perdre du temps pour ce qui n’est pas important, comme un loisir que nous pratiquons mais n’aimons pas plus que ça, une relation toxique qui nous pourrit la vie au téléphone toutes les semaines, et retrouver du temps pour prendre soin de soi, être centré dans sa vie.

J’aime à me poser la question suivante dans les moments de doute: est-ce que si j’étais sur mon lit de mort, cette chose serait vraiment importante? Est-ce que j’aurais des regrets au moment de ma mort d’avoir fait ou non, accompli ou pas, cette chose?

Est-ce que par exemple, cela vaudrait le coup de me gâcher l’existence avec une personne toxique par culpabilité ou peur de la rayer de ma vie ?

La vie n’est-elle pas trop courte pour perdre du temps avec du superflu?

Vivre une vie simple, c’est prendre le temps de se reposer, cuisiner, manger, se détendre, se relaxer, prendre soin de soi, pratiquer les activités que l’on aime par-dessus tout, et faire la même chose pour les amis et les membres aimés de notre famille….

Avoir une vie simple, c’est posséder ce dont on a besoin pour s’épanouir, et se délester du superflu qui nous opprime et réduit notre liberté en tant qu’individu.

C’est posséder juste ce qu’il nous faut, puis oublier la matérialité du monde et se concentrer sur ce qui importe vraiment: la vie.

La vie dans son ensemble, les humains et leur culture si riche, les animaux, les plantes, la Nature, tout ce qui fait l’harmonie et la beauté du monde.

A toi qui désire une vie simple, je te dédie cet article, et je te retrouve très vite pour un nouvel article.

 

🏕 Sobokuna Seikatsu: une vie simple

Sobokuna Seikatsu.

Traduit en français, cela veut dire vie simple.

J’ai fait ce choix de vie il y a bientôt 10 ans, et chaque jour je découvre à quel point celle-ci est riche de possibles, généreuse et abondante… loin de la société de consommation!

Je partagerai ici avec vous mes réflexions et mon cheminement à propos de cette vie simple que j’aime tant et que j’ai choisie, qui comprend en ce qui me concerne le minimalisme, la simplicité volontaire, l’écologie, la permaculture, la botanique, la lecture, la cuisine, le quotidien, entre autres petites choses qui viendront probablement se rajouter au fil du temps; le tout sur fond d’inspiration japonaise, puisque je suis passionnée par la culture japonaise traditionnelle depuis de nombreuses années.

Vous verrez que cela s’accorde plutôt bien…

Si toi aussi tu rêves d’une vie simple, abonne-toi à mon blog, je vais te montrer comment tu peux faire pour vivre ainsi à ton tour.

A très vite!

Lili